petit-enfants index.html



Arles le 21 janvier 2013
Un monde à part, le mien
en méditation transcendantale.

Suis-je en autisme?

Je pense que je suis autiste dans la mesure où je refuse en partie de nouer des liens avec mon environnement social, m'estimant dans certaines situations non capable de jouer le jeu réciproque en société, l'impression de pas avoir été terminé dans la fabrication de mon être, un peu comme un enfant qu'on a voulu avorté mais qui est là avec des manques de finition.

La période d'apprentissage de cohabilité avec autrui et l'environnement se passe dans l'extrême prudence à m'impliquer craignant l'échec laissant un sentiment de manque de confiance en moi ce qui explique mon refus à des propositions et opportunités intéressantes pouvant me procurer des moyens à mes actions et décisions à venir. Mais ce surplus, cette graisse accumulée me paraît comme une charge difficilement supportable étant encore, et finalement toujours, inachevé dans ma conception, demeurant enfant pour ne jamais atteindre cette maturité tant espérée tout le long de ma vie afin de pouvoir exister pleinement libre de toute appréhension.

La recherche d'une âme soeur m'a conduit au mariage avec Francette qui m'a donné trois enfants mais mon attention s'est toujours portée vers elle pour y trouver ce manque originel, l'insertion au social après une enfance en orphelinat s'étant avérée très difficile, la société avec ses lois, ses coutumes et ses règles a été pour moi un domaine impénétrable.

Je me suis cruellement aperçu de mon exclusion lors du décès de Francette ma femme et compris que je ne parle pas la même langue que tout le monde, ayant vécu dans "mon monde" avec ce langage que j'ai personnellement appris et utilisé dans la crainte, le doute, le refus et la peur.

En plaisantant, je m'affuble du titre de jean de la lune car je suis toujours ailleurs lorsqu'on s'adresse à moi dans des termes que je trouve artificiels basés sur des fins de fonctionnement d'une vie sociale alors que je comprends à peine comment vit mon être avec mon sang et sa prévoyance à me remplacer à ma disparition, par mes enfants déjà nés et bien âgés, mes petits-enfants et arrière-petits-enfants m'apparaissant le plus souvent comme des points d'interrogation au lieu de plus de considération et d'intimité.

Oui, je pense que suis dans ce sens atteint d'autisme aggravé vu mon grand âge, étant né le 29 septembre 1934, ailleurs, très loin, aux antipodes, au Tonkin qui a profondément marqué mon esprit de l'exotisme de cette Indochine encore à l'époque d'une paix baignée dans une ambiance où se brassaient en étuve, parfums, saveurs, couleurs, lumières et sonorités inoubliables.

Mon fils a essayé de m'apprendre à me conduire "comme tout le monde" afin de trouver un contact quelconque pouvant m'extraire de ce cocon qui me referme depuis toujours, en vain.

Je suis sûr qu'il existe un moyen de communication comme la page HTML comprise par les deux environnements bien différents du PC et du Mac. Je pense à la peinture que je pratique et là, je vais encore m'isoler, alors je vis tout simplement répondant poliment à des bonjours et aurevoirs. Un peu triste et bien commode pour un autiste.