I N T R O D U C T I O N

Ce journal commence précisément ce mardi 13 novembre 2012 avec la triste nouvelle révélée à l'échographie que j'ai un léger souffle au coeur en plus du choc que j'ai reçu lors du décès de Francette survenu le 9 avril 2012. Je pense, sans dramatiser, que c'est le début de la fin car il faut bien admettre que mon tour va arriver à plus ou moins brève échéance. Alors, soumis, je me raconte sous un angle nouveau car mon comportement est tout à fait différent face aux spectacles et images de la vie, mon regard empreint de pitié pour moi-même et de compassion pour tout être vivant y compris le végétal, mes plantes sur le bord de ma fenêtre par exemple, avec une infinie gratitude à ce Temps qui passe et qui nous accorde avec indulgence ce sursis que je m'empresse de mériter.

Le passé est déjà dans le présent qui fuit à toute allure et il est très difficile de savourer quoique ce soit ou alors seulement furtivement, la seule solution est de ralentir mon rythme pour espérer de faire durer le processus, la scène se déroulant avec ses "son et image" pas toujours bien perçus par ma jeunesse vieillissante. Et, comme il y a plusieur âges, il y a autant de façons de voir la vie avec toute cette incompréhension dans la communicaton entre les points de vue dont grand nombre reste à découvrir, comprendre, s'adapter.

Et ce que je vais montrer ne sera pas toujours compris pas plus que je ne l'ai compris au moment où je l'ai vécu, vu, entendu mais l'imagerie est là intacte, rapportée par l'objectif de mon appareil de photo numérique autorisant, à sa présentation, une interprétation libre, variée selon l'humeur de chacun de nous, le temps modifiant les regards.

A la demande de mon amie Kelly et pour préserver son intimité, j'efface les pages dans lesquelles on peut la voir ainsi que sa famille, ce qui change un peu mon journal de solitude, la mienne qui devient encore plus grande alors que les fleurs m'annoncent le printemps tout proche avec le renouveau qu'il offre au vieux que je suis en m'invitant à me réfugier dans cette merveilleuse nature qui m'environne et m'accueille dans mon grand âge. Courage Jean, la fin de toute chose n'est pas pour demain quand même et surtout s'occuper de sa santé est un sage conseil et le meilleur des passe-temps.

  Lisez la page des commentaires sur mes photos en y ajoutant éventuellement le vôtre